Jardiner: une pratique méditative de grounding

Date

Le travail de la Terre est pour moi une méditation puissante.

Le fait de porter mon attention à la plante, à ses besoins, sans attente autre que d’assurer sa croissance est une méditation qui m’ancre particulièrement, surtout lorsque les énergies très solaires de l’Été sont à leur combles. Depuis que j’ai intégré les plantes dans ma maison toute l’année, je ne cesse de m’émerveiller de leur effet et leur croissance.

Comme si le fait d’offrir cet amour à la plante nous permet de mieux nous l’offrir à nous-même. L’ensemble des tâches qui entourent le jardinage ont pour moi une fonction spirituelle.

Arroser les plantes quotidiennement est une manière de me rappeler de m’hydrater et de continuer de m’offrir ce qui est bon pour moi.

Le pruning, le retrait des branches mortes et des fleurs fanées mettent en lumière la nécessité de se débarrasser de ce qui nous alourdi et nous empêche d’avancer.

Désherber un espace de terre est une méditation pour nous aider à focuser notre attention sur ce que nous voulons voir grandir, en retirant de notre espace mental les détails et les petits projets qui ne sont pas les nôtres.

Le travail physique de la Terre nous permet également d’entrer en contact avec la force incroyable de la nature, sa résilience, sa capacité d’adaptation. Toujours remplie de surprise, une séance de jardin demande un effort physique soutenu mais aussi une présence dans le moment en pleine conscience afin de conserver la vie.

Les leçons que le jardin m’apprends tous les jours, chaque saison, sont ce qui me permet de me connecter à mes propres cycles, de les honorer et de continuer à grandir.

you do not just wake up and become the butterfly
growth is a process

rupi kaur

Sur le même sujet